Recherche avancée
Libres Savoirs >> Sciences de l'économie, de la gestion et de la société >> Sciences économiques et sociales
Responsable :

Cécile Meadel
  

Equipe Pédagogique :
Alaric Bourgoin
Alexandre Mallard
Brice Laurent
Benjamin Lemoine
Basak Sarac Lesavre
Clément Combes
Florence Javoy
Fabian Muniesa

Centre de Recherche

Niveau : UnderGraduate

Langue du cours : Français

Période : Printemps

Nombre d'heures : 7

Crédits ECTS : 0
SGS_C9322 Description de controverses (2)
Ressources Pédagogiques :
Objectifs: Le cours « description des controverses » a pour objet, dès leur arrivée à l'École, d'introduire les élèves à l'univers incertain de la recherche scientifique et technique. Le but est d'apprendre à cartographier des sujets qui sont à la fois l'objet d'une expertise technique poussée et qui sont en même temps devenus des affaires, souvent embrouillées, où se mêlent des questions juridiques, morales, économiques et sociales. Ainsi, ce cours développe des aptitudes à l'enquête qualitative et apporte aux élèves un complément indispensable aux capacités de formalisation, de modélisation, d'analyse et de calcul demandées par ailleurs dans les autres cours. Sur la base des acquis des enseignements du premier semestre, le second semestre est entièrement dédié à la réalisation d’études de controverse par les élèves. Les élèves travaillent par groupe de quatre ou cinq sur un sujet préalablement défini en bénéficiant du suivi régulier par un tuteur. Du point de vue des objectifs du cours, il est important de noter qu’il n'est pas demandé aux élèves de prendre parti ou de donner leur avis d'experts, mais de décrire le plus soigneusement possible la gamme des positions, la dynamique des débats, les arguments techniques échangés, leur traduction par les différents médias, ainsi que les raisons de ces évolutions.

Programme: (Suite et évaluation du cours C9301)

Au sein de chaque groupe d’élèves, il y a une spécialisation fonctionnelle. Un groupe comprend ainsi un « coordinateur », un « statisticien », un « webmestre » et un ou deux « journalistes ». Il ne s’agit pas, toutefois, d’un véritable partage des tâches, les élèves du groupe devant collaborer de manière continue sur l’ensemble des aspects de leur travail. Les fonctions correspondent ainsi plutôt à des responsabilités. Le coordinateur est responsable de l’organisation du travail ; il fixe un calendrier et s’assure des modalités d’échange des informations au sein du groupe. Le statisticien est plus particulièrement en charge d’un certain nombre de méthodes de traitement de données auxquels il aura été introduit. C’est lui, en particulier qui se charge, s’il y a lieu, de l’investigation des basses de données de littérature scientifique et de leur traitement scientométrique. De même, c’est à lui de mettre en œuvre, s’il y a lieu, les méthodes de « géographie virtuelle ». Le webmestre est responsable de la réalisation du site. Il ne s’agit pas d’une responsabilité uniquement technique ; sa tâche consiste essentiellement à faire réfléchir le groupe sur le lien entre l’analyse et sa restitution, entre les enjeux et leur démonstration, sur le lien autrement dit entre la forme et le fond qui sont, en réalité, indissociables. Le ou les journalistes quant à eux ont la responsabilité de la qualité des données et de leur analyse. Il conviendra, en effet, d’accumuler une documentation complète qui mêlera les différents types de médias (journaux, toile, revues de vulgarisation, revues savantes, littérature « grise » etc.). Chaque groupe devra présenter un pré-projet de site à l’approche des vacances de printemps. Les travaux définitifs devront être rendus au tout début du mois de juin. Ils resteront accessibles sur l’intranet de l’École.

Modalités d'évaluation : Les travaux des élèves donnent lieu à une discussion au sein de l’équipe pédagogique (réunion d’une journée au cours de laquelle les sites sont projetés pour faire l’objet d’une évaluation collective). Les travaux sont scrutés en fonction de sept aspects : la quantité et la régularité du travail fourni au cours de l’année ; la qualité des données obtenues ; la qualité de l’analyse ; la qualité de la problématisation ; la navigabilité et la clarté du site ; l’adaptation du format de restitution aux données ; la valorisation du médium. A chacun de ces aspects sont accordés entre 0 et 3 points. Ces points sont ensuite additionnés pour fournir la note chiffrée. Cette dernière est enfin transformée en lettre suivant le barème officiel. À la suite de la délibération, une séance de débriefing est organisée où les tuteurs rendent compte aux élèves de l’évaluation de leur travail.

Dernière mise à jour : mercredi 11 juillet 2012

© Mines de Paris 2019 - Réalisé par Winch Communication