Recherche avancée
Formations >> Mécanique des fluides et énergétique >> Energétique
Ecole Principale :
MINES ParisTechMINES ParisTech

Ecoles Partenaires :
> MINES ParisTech, François Lévêque

Langue du programme : Français

Lieu Formation :
France (Paris) et Côte d'Ivoire (Abidjan)

Niveau requis :
Cette formation BADGE s’adresse aux candidats ayant déjà eu une formation en économie, droit, ou management dans le domaine du secteur de l’énergie. Ces candidats peuvent être : 1. jeunes diplômés au minimum de niveau bac plus 4 (niveau M1). 2. salariés d’entreprises d'un niveau minimal de bac+3 avec au moins 3 années d’expériences professionnelles.

Admission :
La sélection s'opère sur dossier puis entretien. Un test écrit (d’une page) sur un sujet d’actualité lié à la régulation ou l’économie de l’énergie peut aussi être demandé au candidat. Le dossier de candidature comprend les éléments suivants : 1. Copie du dernier diplôme avec les notes obtenues 2. Fonctions exercées sur les cinq dernières années 3. Lettre de motivation du candidat pour suivre la formation 4. Lettre de soutien motivé de l'employeur du candidat.

Calendrier :
de janvier à juin 2017

Crédits ECTS : 25

Coût :
7 000 € de frais de formation dont 400 € de droits d'inscription à MINES ParisTech

Contacts :
Sidy DIOP : sidy.diop@microeconomix.com

Durée : 6 Mois

Export au format PDF  (version courte)
Export au format PDF  (version longue)
BADGE
Régulation de l'énergie
Contexte : Cette formation répond à des besoins exprimés par des régulateurs du secteur de l’énergie en Afrique, des gestionnaires de réseau, et des distributeurs d’énergie. Elle vise en priorité les cadres supérieurs des régulateurs du secteur.

Objectifs : Cette formation BADGE s’adresse aux cadres en charge des questions de régulation dans le domaine de l’électricité.

Ces professionnels travaillent auprès des instances de régulation, des opérateurs et/ou prestataires de services, mais aussi des administrations de tutelle (ministères en charge de l’énergie).

Les métiers ciblés font appel à des compétences à la fois techniques, économiques, et juridiques. Les personnes ciblées dans cette formation regroupent donc à la fois des juristes, économistes et techniciens qui ont besoin d’approfondir leur connaissance dans le domaine de la régulation du secteur de l’énergie.

Contenu : Volume horaire global des enseignements : 180 heures (s'étalant sur 6 semaines de 30 heures et 1 semaine de 20 heures
Le programme proposé dans cette formation se décompose comme suit :
• Semaine 1 : Introduction et mise à niveau
• Semaine 2 : Modèles et mise en œuvre des réformes électriques
• Semaine 3 : La régulation des activités concurrentielles (production, vente, etc.)
• Semaine 4 : La régulation des réseaux et la tarification
• Semaine 5 : Articulation de la régulation avec les politiques publiques
• Semaine 6 : Articulation de la régulation avec les politiques publiques
• Semaine 7 : Soutenances des mémoires professionnels

Compétences acquises : Ces métiers ont une dimension économique (savoir analyser une situation de marché par exemple), une dimension juridique (analyser les instruments de régulation mobilisables par exemple) et une dimension stratégique (préparer les décisions de régulation par exemple).

Métiers : • Responsable « régulation » dans les administrations publiques (ministères et autorités administratives indépendantes).

• Responsable d’un service des affaires réglementaires au sein d’un opérateur. Il est par exemple en charge d’élaborer les propositions réglementaires aux régulateurs ou de répondre à leurs demandes.

• Responsable de services administratifs (directions centrales des ministères par exemple) nécessitant une compréhension des questions réglementaires.

• Service stratégique ou économique des entreprises (publiques et privées) évoluant dans le domaine de l’énergie et contraintes par les questions réglementaires.

• Prestataires spécialisés dans les questions réglementaires (cabinets d’avocats, cabinets d’expertise comptable, consultants, etc.). Ces prestataires assistent les régulateurs, les opérateurs économiques ou les administrations dans l’exercice de leurs tâches.

Dernière mise à jour : mercredi 27 avril 2016

© Mines de Paris 2017 - Réalisé par Winch Communication